Le bras

Présentation

Le bras désigne dans le langage courant le membre supérieur.

Il est composé du bras, du coude, de l'avant-bras, du poignet et de la main.

Comme pour la jambe, toute douleur au niveau de ce membre nous amènera à observer le membre dans toutes ses parties.

Le bras est ici la partie du membre supérieur compris entre l'épaule et le coude. L'os du bras est l'humérus.

Le blocage des 7 premières côtes se répercute de haut en bas sur la partie externe du bras comme un trait de douleur. Faire ce lien nous permettra ainsi de soulager ces douleurs en débloquant la ou les côtes correspondantes.

L'avant-bras est composé du radius, côté pouce et index, et du cubitus côté annulaire et auriculaire.

Le coude est l'articulation formée par la rencontre de l'humérus, du radius et du cubitus.

Le poignet est composé de petits osselets : pour simplifier on considérera qu'il y a un osselet par doigt.

La main ressemble beaucoup au pied.

Protocole

  • Compression de l'épaule
  • Torsion du bras
  • Compression de l'avant-bras
  • Torsion de l'avant-bras
  • Déboîtement de l'épaule
  • Déplacement de l'humérus par rapport au coude
  • Déplacement du radius par rapport au coude
  • Déplacement du cubitus par rapport au coude
  • Torsion du poignet
  • Torsion de la main
  • Torsion des doigts
  • Corrections individuelles sur les articulations du poignet et de la main

Compression de l'épaule

Si le bras n'a pas de mouvement, on bloque d'une main l'ensemble clavicule/omoplate et on étire doucement le bras vers le bas.

Le bras

On observe ensuite le mouvement du bras en posant une main sur le bras près de l'épaule et l'autre au-dessus du coude.

S'il manque un des mouvements spiralés, c'est que le bras est en torsion : on corrige en bloquant d'une main le haut du bras tandis que l'autre main placée au-dessus du coude étire le bras vers le bas et accompagne le mouvement de torsion donné par le corps.

L'avant-bras

Si on observe une absence mouvement de l'avant-bras, on ouvre et ferme le couple radius cubitus depuis le coude jusqu'au poignet.

On observe ensuite le mouvement du radius et s'il manque ou est incomplet, on étire le radius jusqu'au relâchement et au mouvement de torsion associé. En accompagnant ce mouvement, on corrige la torsion du radius. On vérifie le résultat en reprenant l'observation de départ.

On procédera de même pour le cubitus.

Déboîtement de l'épaule

Diagnostic

On cherchera un éventuel déboîtement de l'épaule en fonction des symptômes du patient.

On observe s'il y a un déboîtement de l'épaule en observant les mouvements de l'humérus et du radius.

Pour cela, le patient doit être assis, le bras pendant dans le vide, étendu le long du corps, paume de la main vers l'intérieur.

    1. Au niveau de la pointe de l'épaule

Placer un doigt derrière la tête de l'humérus, un autre en avant, pour observer un éventuel mouvement antérieur ou postérieur.

Attention à bien placer les doigts en contact avec l'os car si on observe le mouvement des muscles nous aurons une information erronée.

    1. Au niveau du haut du radius

On cherchera confirmation en observant le mouvement de la tête du radius par rapport au coude. En général, on trouvera un mouvement dans le même sens que celui de la tête de l'humérus.

Correction

Pour remboîter une épaule :

Une main maintient la clavicule et le bord supérieur de l'omoplate

L'autre main :

  • prend le bras au niveau de la tête de l'humérus et l'étire vers le bas.
  • Impulse un mouvement dans le sens inverse du déboîtement : antérieur pour un déboîtement postérieur, par exemple.
  • Observe la réaction du corps qui permet de vérifier le diagnostic : dans l'exemple d'un déboîtement postérieur de l'épaule, le corps amorce un mouvement de rotation vers l'arrière qui confirme le sens postérieur du déboîtement observé. Toute autre réaction du corps doit conduire à abandonner la manoeuvre de remise en place !
  • Accompagne le mouvement du corps en remontant le bras vers le haut en suivant la remise en place de l'articulation jusqu'à la reprise du mouvement interne vers le bas.

On vérifie le résultat en reprenant l'observation de départ et on redonne si nécessaire le mouvement naturel spiralé du bras comme pour remettre une torsion.

Déboîtement du radius

La manoeuvre est la même que pour l'épaule.

Une main maintient le bras au-dessus de l'articulation du coude

L'autre main :

    • prend l'avant-bras sous le coude, au niveau de la tête du radius, et l'étire vers le bas.
    • Impulse un mouvement dans le sens inverse du déboîtement : antérieur pour un déboîtement postérieur, par exemple.
    • Observe la réaction du corps qui permet de vérifier le diagnostic : dans l'exemple d'un déboîtement postérieur du radius, le corps amorce un mouvement de rotation vers l'arrière qui confirme le sens postérieur du déboîtement observé. Toute autre réaction du corps doit conduire à abandonner la manoeuvre de remise en place !
    • Accompagne le mouvement du corps en remontant le radius vers le haut en suivant la remise en place de l'articulation jusqu'à la reprise du mouvement interne vers le bas.

On vérifie le résultat en reprenant l'observation de départ et on redonne si nécessaire le mouvement naturel spiralé du radius comme pour remettre une torsion.

Déboitement du cubitus

Même manoeuvre que pour le radius en remplaçant le mot radius par le mot cubitus.

Déboitement de l'humérus

Une main maintient l'avant-bras au-dessous de l'articulation du coude.

L'autre main :

    • prend le bras au-dessus du coude, au niveau de la base de l'humérus, et l'étire vers le haut.
    • Impulse un mouvement dans le sens inverse du déboîtement : antérieur pour un déboîtement postérieur, par exemple.
    • Observe la réaction du corps qui permet de vérifier le diagnostic : dans l'exemple d'un déboîtement postérieur du radius, le corps amorce un mouvement de rotation vers l'arrière qui confirme le sens postérieur du déboîtement observé. Toute autre réaction du corps doit conduire à abandonner la manoeuvre de remise en place !
    • Accompagne le mouvement du corps en poussant l'humérus vers le bas et en suivant la remise en place de l'articulation jusqu'à la reprise du mouvement interne.

On vérifie le résultat en reprenant l'observation de départ et on redonne si nécessaire le mouvement naturel spiralé de l'humérus comme pour remettre une torsion.

Torsion du poignet

dos de ma main et lignes de déplacements

L'ensemble main et poignet sont composés de 27 os ce qui représente un quart des os du corps. Ces os s'articulent entre eux et pour chaque articulation il peut y avoir jusqu'à quatre déplacements. Bref, je me dis souvent qu'il faudrait proposer des séances de soins rien que pour les mains. Ou les pieds.

Alors pour faciliter la tâche de remise en ordre, nous remarquerons que les déplacements suivent souvent des lignes articulaires. Comme illustré sur la photo ci-dessus, elles sont au nombre de quatre :

  1. entre le poignet et l'avant-bras
  2. entre la main et le poignet
  3. entre les doigts et la paume
  4. entre les phalanges proximales et intermédiaires

Une torsion du poignet, par exemple, entraîne deux déplacements conjugués de la ligne 1 (du poignet par rapport à l'avant-bras), l'un latéral, l'autre antéropostérieur

De cette façon, nous pourrons corriger une torsion du poignet avec deux manœuvres seulement

Pour toutes les manipulations concernant la main, vous pouvez vous référer à ce que nous avons décrit pour le pied. (voir chapitre "Déplacements du pied")

Donc pour une torsion du poignet :

- Observer le sens du déplacement latéral en testant la circulation et le mouvement du poignet, corriger puis vérifier.

- Refaire de même pour le déplacement antéro-postérieur

Torsion de la main

On refait les manoeuvres du poignet en travaillant cette fois-ci sur les déplacements de la main par rapport au poignet

Le pouce

En général, le pouce ne sera pas replacé en même temps que la main. Nous devrons lui réserver un traitement particulier

En tenant la base du pouce proche de l'articulation, nous pourrons retrouver les mêmes déplacements que ceux constatés pour la main.

Nous replacerons le pouce individuellement en suivant ces observations.

Torsion des doigts

(voir chapitre "Déplacements du pied")

Corrections individuelles

(voir chapitre "Déplacements du pied")

 

Gérer les cookies

Ce site utilise des cookies nécessaires à son fonctionnement, ils permettent de fluidifier son fonctionnement par exemple en mémorisant les données de connexion, la langue que vous avez choisie ou la validation de ce message.