La  jambe

Conception

La jambe doit être considérée comme un tout, ce qui signifie que tout problème à ce niveau nécessite de vérifier la jambe dans son entier. Elle est constituée de trois niveaux articulaires principaux : la hanche, le genou et le pied.

Chaque décalage sur l'axe vertical de la jambe aura une répercussion d'un niveau à l'autre. Par exemple :

  • une torsion interne de la hanche entraînera (presque toujours) une torsion externe à partir du genou
  • un déboîtement de hanche entraînera (presque toujours) un déboîtement antéropostérieur du genou
  • un déplacement latéral du genou entraînera (presque toujours) un problème de tendon d'Achille ou de talon
  • etc …

Bien entendu nous aurons auparavant corrigé le sacrum …

Protocole

Avant de s'occuper de la jambe, on aura corrigé :

  • Le sacrum
  • Le coccyx
  • Au moins les deux dernières lombaires

Puis nous vérifierons (et corrigerons si besoin est) pour chaque niveau articulaire, d'abord les compressions, puis les torsions :

    • Hanche :
      • compression de l'articulation coxo-fémorale
      • compression de l'ischion
      • rotation interne de l'iliaque
      • torsion interne du fémur
  • Genou : compression du genou
    torsion du péroné
    torsion du tibia : si l'on perçoit une torsion du tibia, on ne s'en occupera pas dans ce premier temps, car elle est la plupart du temps la conséquence d'une torsion du talon.
  • Pied : blocage du mouvement antéro-postérieur
    compression du talon
    torsion de l'astragale (donc torsion du péroné)
    blocage du cuboïde
    torsion du talon
    blocage du scaphoïde

Torsion   de  la  jambe

Quand on se tord le pied malencontreusement dans un trou du chemin, on peut sentir une douleur momentanée dans la cheville, mais elle disparaît rapidement. Nous n'y prêtons plus attention, pensant que ce n'est rien. Pourtant, il se peut que des douleurs liées apparaissent plus tard, alors qu'on aura oublié cet incident.

En effet, le corps amortit la torsion, généralement vers l'extérieur du pied, en la répartissant sur l'ensemble de la jambe jusqu'au bassin. De cette manière, il évitera sans doute une entorse, voire une déchirure musculaire. Couramment, la torsion sera externe sous le genou (péroné, astragale) et interne au-dessus (fémur, iliaque).

Schéma global des étapes (observation, correction, vérification) permettant de traiter une pathologie courante, la torsion d'une jambe.

  • Rotation interne de l'iliaque
  • Compression de l'ischion
  • Torsion interne du fémur
  • Torsion externe du péroné
  • Torsion de l'astragale
  • blocage du cuboïde
  • compression et torsion du 4ᵉ métatarse

Diagnostic

On aura deux zones de diagnostic spécifiques pour la jambe, très pratiques pour corroborer les observations faites sur la zone de blocage : le talon et le tendon d'Achille.

Elles correspondent à la répercussion des déplacements le long de l'axe vertical de la jambe.

Au niveau du talon

Zone de test sous le talon des déplacements latéraux de la jambe Pied vu de dessous



Zone de test derrière le talon des déboîtements antéropostérieurs du genou Talon et lignes

Au niveau du tendon d'Achille

Le tendon d'Achille permet de repérer les déplacements de la jambe en observant les tensions sur le tendon. A ce niveau, les correspondances entre la zone observée et la jambe suivent le sens physique : le haut du tendon d'Achille correspond à la cuisse, le bas (à l'insertion sur le talon) correspond au coup de pied.

La hanche

Compression coxofémorale

Comme d'habitude, nous vérifierons avant toute chose si l'articulation n'est pas en compression. Pour observer une compression de la hanche, nous poserons une main sur le côté externe de la hanche, l'autre sur le côté externe de la cuisse, de part et d'autre de la jonction de ces deux parties.

Si nous observons une compression, on la corrige en commençant par pousser la cuisse dans le sens de la compression, donc vers la hanche, puis on attend que le corps stabilise son mouvement. Quand on perçoit un relâchement, on tire alors progressivement la cuisse en sens inverse, tout en maintenant la hanche de l'autre main. Nous suivons le mouvement du corps pendant l'étirement et relâchons quand il cesse.

Pour vérifier, on placera un doigt au milieu de la fesse, au-dessus de l'ischion et un autre doigt au milieu derrière la cuisse. On vérifie la circulation entre ces deux points (trajet du méridien de vésicule biliaire) pour savoir si la manoeuvre a réussie.

Compression de l'ischion

Le refermement de la hanche a souvent deux conséquences douloureuses et inflammatoires : le pincement du nerf sciatique au-dessus de l'ischion et la compression du bord interne du pubis.

L'ischion, c'est la pointe des fesses sur laquelle on repose quand on est assis. S'il est en torsion, il comprime le nerf sciatique qui passe au-dessus. Il se présente comme une arête osseuse transversale à la base de la fesse.

Le patient ayant relevé la jambe on observe si l'ischion est en torsion. Si oui, on étire l'ischion en impulsant un mouvement dans le sens inverse de la torsion.

Pour vérifier, on placera un doigt au milieu de la fesse, au-dessus de l'ischion et un autre doigt au milieu derrière la cuisse. On vérifie la circulation entre ces deux points (trajet du méridien de vessie) pour savoir si la manoeuvre a réussie.

Rotation interne

Le mouvement naturel de la hanche conduit la pointe de la hanche vers l'avant et vers l'extérieur pendant la phase d'extension du mouvement. Quand la hanche est en rotation interne, la fesse remonte et la pointe de la hanche ne s'ouvre pas.

Il est souvent plus facile de la vérifier en comparant l'ouverture des deux hanches : face au patient, on pose une main sur chaque hanche et on observe le mouvement dans la phase d'extension. La sensation d'une hanche qui revient vers l'intérieur indique une rotation interne de cette hanche.

Pour corriger, on va « descendre la fesse » et ouvrir la hanche.

Le patient étant allongé, on lui demande de plier la jambe. On place une main sous la fesse et l'autre contre la hanche. On tire la fesse vers le bas jusqu'à ressentir un relâchement.

Le patient rallonge sa jambe. Pendant le mouvement d'extension on ouvre la hanche vers l'extérieur et l'avant.

On vérifie le résultat soit de la même manière qu'on a observé, soit en plaçant un doigt au-dessus du pli de l'aine, un autre sur la cuisse. Si on observe une circulation entre ces deux points, la manoeuvre est réussie. (trajet du méridien de l'estomac)

Décalage du pubis

Ce mouvement de fermeture de la hanche s'accompagne généralement d'un décalage vertical de la symphyse pubienne vers le bas. On l'observe en posant deux doigts de part et d'autre de la symphyse pubienne. Pour corriger, on remonte la partie la plus basse.

On vérifie le résultat.

Compression du bord interne du pubis

Douleur à l'aine ou des muscles internes de la cuisse sont des symptômes souvent associés à la compression du bord interne du pubis.

On peut observer cette compression, soit directement en plaçant ses doigts sur le bord de l'os pubien, soit indirectement en contrèlant la circulation des muscles internes de la cuisse.

Quand on constate une compression, on la corrige en mobilisant le bord de l'os pubien dans un mouvement spiralé.

On vérifie la circulation des tissus pour contrèler la manoeuvre.

Déboîtement

Symptômes

Le diagnostic de déboîtement est très rarement posé, car les symptômes sont très variables et peu typiques. On peut observer des déboîtements d'origine ancienne datant de plusieurs années, surtout dans le sens antérieur, car il est plus courant et moins douloureux. Voici quelques symptômes associés qui pourront nous mettre sur la piste d'un déboîtement :

  • douleur persistante dans la fesse
  • compression et inflammation du bord interne de l'iliaque (pubalgie, adducteurs …)
  • douleur derrière et sur le bord externe de la cuisse
  • déboîtement de genoux

Diagnostic

Pour vérifier un déboîtement de hanche, on placera le patient en position allongée sur le dos.

Il faudra auparavant avoir corrigé la jambe.

Le déboîtement peut être de deux types selon la position de la cuisse par rapport à la hanche :

  • antérieur et interne
  • postérieur et externe

On observe s'il y a un déboîtement :

    1. Circulation sur la cuisse : si la cuisse ne circule pas ou est dure il y a soupçon de pincement du nerf sciatique dans la hanche, donc de déboîtement
    2. Placer trois doigts au-dessus et au milieu de l'ischion et trois autres doigts sur la même ligne verticale sous l'ischion dans le haut de la cuisse.

Observer le déplacement latéral des doigts sous la cuisse : le sens du déplacement correspond au sens du déboîtement.

  1. Placer trois doigts au milieu et au-dessus de la cuisse, entre les muscles pour observer le déplacement latéral interne ou externe du fémur
  2. Placer trois doigts sur le bord latéral externe du fémur pour observer le déplacement antérieur ou postérieur du fémur.

Correction

Pour corriger le déboîtement :

  1. Etirer la cuisse dans la direction du bas du corps, afin de permettre un relâchement du blocage généré par le déboîtement.
  2. Si o n a repéré un déboîtement antérieur et interne, infléchir légèrement la traction vers l'arrière et l'extérieur
  3. Ecouter : si je ne me suis pas trompé dans mes observations, le corps prend le relais et m'indique par le sens de son mouvement interne le chemin à prendre pour remettre en place la tête du fémur.
  4. Il ne me reste qu'à suivre son mouvement en ramenant la cuisse vers le bassin pour finir le travail. Le corps m'indique que la remise en place est faite par l'arrêt du mouvement.
  5. Pour un déboîtement postérieur et externe, on infléchira la traction vers l'avant et l'intérieur
  6. Après la correction, il faut reprendre les trois étapes de l'ouverture de la hanche puis vérifier de nouveau sacrum et lombaires.

La cuisse

Une rotation interne de la hanche entraîne presque toujours une vrille interne du fémur.

Pour l'observer on placera une main sur le haut et l'autre sur le bas de la cuisse pour vérifier le mouvement spiralé lié au mouvement interne. Si le mouvement ne se fait que vers l'intérieur, la cuisse est en torsion interne.

On corrige en redonnant le mouvement manquant dans le rythme du mouvement interne.

On vérifie ensuite que le mouvement spiralé est complet.

La jambe

Nous parlons ici de la partie du membre inférieur situé entre le genou et le pied.

Elle est formée de deux os, le tibia qui est comme un solide poteau central et le péroné qui va permettre les mouvements de torsion du pied.

L'extrémité du tibia est la malléole interne, celle du péroné, la malléole externe.

Chacun fait partie d'une chaîne articulaire distincte :

  • Le tibia se prolonge par le talon puis le gros orteil. Cette chaîne sera impliquée dans une torsion du talon par exemple.
  • Le péroné se prolonge par l'astragale (ou talus), le cuboïde puis le quatrième orteil en suivant le trajet du nerf sciatique. Cette chaîne sera impliquée dans une torsion de la cheville.

Compression du genou

Comme d'habitude, nous vérifierons avant toute chose si l'articulation n'est pas en compression. Pour observer une compression du genou, nous poserons une main sur la cuisse au-dessus du genou, l'autre sur la jambe sous le genou, de part et d'autre de la jonction de ces deux parties.

Si nous observons une compression, on la corrige en commençant par pousser la jambe dans le sens de la compression, donc vers le genou, puis on attend que le corps stabilise son mouvement. Quand on perçoit un relâchement, on tire alors progressivement la jambe en sens inverse, tout en maintenant la cuisse de l'autre main. Nous suivons le mouvement du corps pendant l'étirement et relâchons quand il cesse.

Pour vérifier, on reprendra la manoeuvre qui nous a permis d'observer la compression.

Le péroné

Sa mobilité le rend sensible à toutes les torsions : torsion de la jambe, dans laquelle il équilibre la torsion interne de la hanche ; torsion de la cheville qu'il accompagne naturellement.

Il se bloque presque toujours en torsion externe. La tête du péroné remonte vers le genou en vrillant vers l'extérieur de la jambe. Dans cette position, il exerce une pression douloureuse sur le nerf sciatique.

Il arrive que la partie supérieure du péroné soit tordue en interne quand le patient a forcé sur la jambe déjà en torsion. Dans ce cas le pincement du nerf sciatique est très violent.

Pour observer une torsion externe du péroné on place une main sur le haut du péroné, sous le genou et l'autre main sur le bas du péroné au-dessus de la malléole externe. En cas de torsion la tête du péroné tourne vers l'extérieur dans le mouvement spiralé mais ne revient pas vers l'intérieur.

Pour corriger la torsion externe du péroné on place les mains comme indiqués et dans le mouvement d'extension on pousse le péroné vers le bas en imprimant doucement et simultanément une torsion interne avec la main haute et une torsion externe avec la main basse pour redonner le mouvement manquant.

On vérifie la manoeuvre pour terminer.

Le tibia

Nous avons dit que le tibia était lié au talon : si le talon est bloqué, le tibia le sera aussi ; Si le talon est en torsion, le tibia fera de même. Conclusion : il faut corriger le talon avant de contrèler le tibia.

S'il reste alors une torsion ou un blocage sur le tibia, c'est certainement la conséquence d'un accident violent ou du fait d'avoir marché et forcé longtemps sur une jambe tordue.

Dans ce cas, on procédera comme pour le péroné, en adaptant à la situation réelle constatée : torsion du tibia dans son entier, ou seulement du plateau tibial, ou de la moitié supérieure seulement, etc …

Le genou

On ne s'occupera du genou qu'en dernier lieu, après avoir soigné l'ensemble de la jambe. En effet, le genou n'est que la rencontre de la cuisse et de la jambe, ce qui fait que toute torsion de l'une ou de l'autre conduit à une torsion du genou.

Ayant éliminé les torsions en soignant la jambe, il ne restera plus qu'à vérifier qu'il n'y a pas de déplacement latéral ou de déboîtement.

Bien que certains symptômes permettent de présumer du sens des déplacements ou des déboîtements, il faudra rester attentif et observer sans présumer du résultat. On peut trouver jusqu'à 4 déplacements sur un genou (2 latéraux et 2 antéropostérieurs) et parfois les déplacements de la jambe et de la cuisse peuvent être dans le même sens (par exemple : déplacement latéral externe de la cuisse et de la jambe).

Déplacement latéral du genou

Déplacement latéral de la cuisse par rapport au genou

Tester :

  • le point central au-dessus de la rotule
  • sous le talon

Pour corriger :

Pendant qu'une main bloque la jambe en dessous du genou, l'autre main pousse latéralement la cuisse dans le sens inverse du déplacement constaté. On attend le relâchement du membre pour arrêter.

Pour vérifier :

Refaire le test de départ

Déplacement latéral de la jambe par rapport au genou

Tester :

  • le point central au-dessous de la rotule
  • sous le talon

Ensuite, la procédure est la même que pour la cuisse, sinon qu'on bloque la cuisse en poussant la jambe.

Déboîtement antéropostérieur du genou

Déboîtement antéropostérieur de la cuisse

Tester :

  • en plaçant deux doigts espacés de 2 cm sur la cuisse : un mouvement de rapprochement entre les deux doigts indique un déboîtement antérieur ou postérieur
  • si pas de circulation sous la cuisse, au milieu, à quatre largeurs de doigt avant le creux poplité.
  • A cet endroit enfoncez trois doigts vers l'avant de la cuisse pour tester le sens du déboîtement : si les doigts sont repoussés vers l'arrière, il s'agit d'un déboîtement postérieur, dans le cas inverse, d'un déboîtement antérieur
  • en plaçant deux doigts de part et d'autre du bord externe du genou, côté cuisse.
  • derrière le talon

Pour corriger :

Pendant qu'une main bloque la jambe en dessous du genou, l'autre main pousse verticalement la cuisse dans le sens inverse du déplacement constaté. On attend le relâchement du membre pour arrêter.

Pour vérifier :

Refaire le test de départ

Déboîtement antéropostérieur de la jambe

Tester : comme pour la cuisse en remplaçant la cuisse par la jambe.

Le pied

Les os des pieds

compression du coup de pied

La première chose à vérifier quand on arrive au pied, c'est le mouvement d'avant en arrière de l'ensemble du pied. Pour cela, on place une main sous le talon, l'autre autour du coup de pied et on observe le mouvement entre ces deux parties. S'il y a une compression ou un blocage complet, on corrige dans la position suivante :

Une main posée au-dessus de la cheville bloque la jambe vers l'arrière.

L'autre main autour du coup de pied repousse le pied vers l'arrière. On maintient la pression en étant attentif au mouvement de glissement. Quand il cesse, on tire légèrement le pied dans l'autre sens.

On vérifie comme on a observé ou en posant un doigt sous le talon, un autre sous la plante du pied pour vérifier la circulation entre les deux.

compression du talon

Le talon

La compression du talon est une cause courante du blocage du coup de pied. Si l'on n'observe pas de mouvement dans le talon, c'est qu'il est en compression.

Décompression du talon

Pour corriger, on étire verticalement l'arrière du talon. On maintient l'étirement jusqu'à sentir un relâchement de la tension, puis on vérifie que le mouvement est revenu.

Torsion de l'astragale

L'astragale

Pour voir la torsion de l'astragale, il faut l'imaginer comme un cube aplati dont nous allons tenir les coins en plaçant deux doigts au-dessus du coup de pied et deux autres au-dessus du talon. On observe le mouvement entre deux doigts sur chaque diagonale du carré. Si le mouvement bascule vers l'arrière mais ne revient pas vers l'avant cela indique une torsion. Si c'est le cas, on corrige en remontant la partie arrière de l'astragale dans le rythme du mouvement interne. On vérifie ensuite que le mouvement s'est équilibré.

Corrections associées

Astragale, cuboïde et métatarses

La torsion de l'astragale se transmet jusqu'au bout du pied par le biais d'une chaîne articulaire. Il faudra donc ensuite corriger le blocage du cuboïde et la torsion du quatrième métatarse.

Torsion du talon

Pour observer une torsion du talon, on place les doigts de chaque main de chaque côté du talon en enveloppant par-dessous et sur la longueur du talon. Si nous trouvons un mouvement de torsion, nous corrigeons en redonnant le mouvement manquant. Pour une torsion externe, par exemple, nous impulserons, dans le rythme du corps un mouvement de torsion interne. Nous vérifions alors le résultat de la correction.

Corrections associées

La torsion du talon se transmet jusqu'au bout du pied par le biais d'une chaîne articulaire. Il faudra donc ensuite corriger le blocage du scaphoïde, la torsion du premier métatarse, et vérifier le gros orteil.

Déplacements du pied

Le pied, comme la main, est une partie du corps complexe, à la mesure des capacités qu'il nous offre. Il est composé de vingt-six os et seize articulations. Et chacun peut être bloqué, tordu ou déplacé ! Heureusement, son organisation va nous permettre de corriger plusieurs problèmes d'un coup. En effet, nous trouvons dans le pied deux lignes articulaires comme illustré dans l'image ci-dessous.

Pied : vue de dessus et lignes de déplacements

C'est sur ces lignes que le pied peut glisser, soit latéralement, soit vers le haut ou le bas.

- La première ligne articulaire passe entre le talon et le coup de pied.

- La deuxième ligne articulaire passe entre le coup de pied et les métatarses.

- La troisième ligne articulaire passe entre les métatarses et les orteils.

Tests de circulation

Pour repérer les déplacements articulaires, il est très pratique de vérifier la circulation dans les tissus de la zone entourant l'articulation.

Si nous ne percevons aucun mouvement (malgré le travail de décompression qui a été fait auparavant) ce repérage pourra être complété par un test en compression en ramènant les deux parties de l'articulation l'une vers l'autre.

Déplacement antérieur ou postérieur

Voici quelques exemples de situations courantes au niveau du coup de pied :

  • pas de circulation ni dessus ni dessous : nous rechercherons le mouvement en amenant le pied en compression vers l'arrière sur la ligne du coup de pied.
  • pas de circulation dessus, circulation dessous : probablement un déplacement antérieur que nous confirmerons en enfonçant trois doigts sous la ligne du coup de pied. La direction du mouvement indique la direction du déplacement.
  • pas de circulation dessous, circulation dessus : procéder comme dans le cas précédent.

Si on observe un déplacement antérieur ou postérieur, on corrige en bloquant le coup de pied avant la ligne du côté opposé au déplacement et en poussant simultanément après la ligne dans le sens inverse. On relâche quand on sent la détente du corps.

Et on n'oublie pas de vérifier avec les tests de circulation.

Déplacement interne ou externe

Pour pouvoir observer un déplacement latéral interne ou externe du pied par rapport au coup de pied :

  • On amène le pied en compression vers la ligne du coup de pied en observant les mouvements latéraux.
  • On confirme en observant ce même mouvement en plaçant trois doigts en travers de la plante des pieds, au niveau de la ligne de déplacement observée.

Si l'on observe un déplacement latéral on corrige en bloquant d'une main le pied au-dessus de la ligne, pendant que l'autre main repousse latéralement la partie sous la ligne dans le sens inverse du déplacement.

Remarque : le glissement latéral du coup de pied entraîne une torsion des métatarses qu'il faudra donc corriger.

Déplacements des orteils

Pour repérer les glissements sur la ligne articulaire située entre les métatarses et les orteils, on procédera comme pour la ligne du coup de pied.

Remarque : le glissement latéral à la base des orteils entraîne une torsion des phalanges proximales qu'il faudra donc corriger.

On peut trouver parfois un glissement entre les phalanges proximales et les phalanges intermédiaires.

Os des pieds

Autres corrections

Nous n'aurons pas toujours un glissement global qui nous permette de corriger plusieurs déplacements à la fois. Très souvent, nous devrons corriger la position ou redonner un mouvement à un os particulier. Nous pouvons alors distinguer deux types d'os : les os courts du coup de pied (cuboïde, scaphoïde et cunéiformes) et les os longs que sont les métatarses et les phalanges.

Os du coup du pied

Pour observer un os du coup de pied, on place un doigt de part et d'autre de l'os à corriger, c'est-à-dire au-dessus et au-dessous du pied. On recherche la sensation de connexion entre les deux doigts pour être sûr de la position.

On doit trouver un mouvement spiralé sur l'axe vertical de l'os et un mouvement d'avant en arrière dans l'axe longitudinal du pied

On corrige en redonnant le mouvement manquant puis on vérifie le résultat.

Os longs du pied

Torsions

On pose un doigt sur chaque extrémité de l'os pour observer son mouvement spiralé.

S'il manque un des deux mouvements, on corrige en impulsant le mouvement manquant au rythme du mouvement interne.

On vérifie ensuite que le mouvement spiralé a bien été retrouvé.

Déplacements

Pour chaque articulation entre deux os longs du pied, il peut y avoir jusqu'à quatre déplacements ( 15 fois 4 =?). C'est long à vérifier !

Mais ça vaut le coup étant donné la douleur que peut provoquer un seul de ces déplacements.

Nous allons utiliser le test de circulation et prendre comme exemple l'articulation entre le premier métatarse et le gros orteil. Nous aurons préparé le travail en enlevant toutes les compressions.

    1. Du côté métatarse
      • Déplacements antéropostérieurs

Juste avant l'articulation, placer un doigt dessus, un autre dessous.

Si pas de circulation dans le doigt du dessus, ça signifie qu'il y a un déplacement antérieur du métatarse par rapport à l'orteil.

Donc, d'une main je bloque la base de l'orteil, de l'autre j'appuie vers le bas pour corriger (en restant attentif au petit relâchement qui nous indique que la remise en place est terminée).

Je vérifie que la circulation est rétablie.

      • Déplacements interne/externe

Je procède de la même manière pour vérifier et corriger si nécessaire un déplacement latéral du métatarse par rapport à l'orteil.

      • Du côté orteil

    Je recommence ces manoeuvres du côté du gros orteil pour tester l'autre côté de l'articulation.

    Gérer les cookies

    Ce site utilise des cookies nécessaires à son fonctionnement, ils permettent de fluidifier son fonctionnement par exemple en mémorisant les données de connexion, la langue que vous avez choisie ou la validation de ce message.